« Made in Angers » à La Ronde des fruits.

La Ronde des fruits participe à l’évènement angevin « Made in Angers » depuis quelques années, c’est l’occasion d’accueillir des visiteurs pour partager et faire comprendre leur travail et leurs méthodes de culture ainsi que les produits finis.
made-in-angers-ronde-des-fruitsDu 1er au 26 Février 2016 de nombreuses entreprises angevines proposent des visites par le biais de l’Office de Tourisme.

J’ai participé à la visite du Jeudi 18 Février 2016 à 14h30 avec Jean Luc.
Une bonne dizaine de personnes et des enfants étaient présents pour découvrir l’exploitation de La Ronde des Fruits.
visite-made-in-angers-jen-luc-ronde-des-fruitsJean Luc présente l’entreprise créée en 1998 par lui et rejoins ensuite par Mickaël en second associé. Un salarié est à plein temps sur la transformation des fruits. Chaque année des équipes de cueilleurs sont recrutées en saison.
L’exploitation cultive toutes sortes de fruits sur 11ha de terres dont 5ha de céréales dédiées aux poules pondeuses, deuxième activité complémentaire. Toute la filière de vente est locale et le plus possible directe par de la vente à cueillir, des marchés angevins, des Amap, le réseau Bio-coop.
Une des premières questions c’est quoi le bio ?
Le bio c’est favoriser la biodiversité pour maintenir un équilibre écologique sans utiliser de produits chimiques.
La visite commence en plein champ pour expliquer la structure et la méthode de travail.
framboisier-ronde-des-fruits Framboisiers
Les haies, l’herbe au sol tout est utile. Les cultures sont alternées pour éviter la propagation des parasites et ainsi faire une rupture sanitaire.
Au pied des Myrtilles par exemple un paillage, un goutte à goutte (pour limiter la perte d’eau et arroser à bonne escient), pour d’autres comme les cassis, une bâche tissée pour limiter la pousse d’herbes. Par contre l’herbe entre les plantations est maintenue comme support de vie des prédateurs (coccinelle, araignée…) et quand elle monte son broyage assure l’alimentation du sol.
myrtilles-ronde-des-fruits Myrtilles.
Dans les cultures des bouteilles en plastique sont accrochées, plus de 500, pour limiter le développement du Drosophile Suzuki (nouveau parasite sans prédateur), un liquide est préparé durant la période de récolte (4*1/3 de vinaigre de cidre, de vin, d’eau et de liquide vaisselle) pour attirer dans les bouteilles un maximum de drosophile. Durant toute la saison les bouteilles sont remplies régulièrement.
Ce parasite se reproduit très vite (23 générations en une saison) et accélère le pourrissement du fruit qui devient invendable et inutilisable.

Comment vendez-vous vos fruits ?
La vente en directe de fruits frais est la plus importante, puis les produits transformés qui sont nécessaires surtout sur les périodes de pic de production. D’ailleurs durant les pics les fruits sont congelés et ressortis selon les besoins tout au long de l’année pour la transformation en confitures, sirop, purée de fruits, gelées…
Les rangs de fraises sont cultivés en butte pour leur racine (limiter l’asphyxie racinaire) et sur bâche tissée. Plusieurs variétés sont produites pour une récolte de Mai à Octobre.
fraisier-en-butte-ronde-des-fruitsFraisiers
Mickaël est en plein désherbage des Cassis, ici avant le travail:

mickael-ronde-des-fruitsEt maintenant photo après, c’est du boulot le Bio:))

cassis-apres-nettoyage-ronde-des-fruits Ensuite Jean-Luc nous explique le principe de l’engrais vert. Les cultures se font en alternance et entre deux cultures fruitières d’autres végétaux sont plantés pour leur qualité et sont ensuite broyés et mélangés au sol sur place pour l’enrichir.
La plupart des fruitiers sont plantés sur du long terme 15 ans et plus, seuls les fraisiers ont une durée de vie de 3 ans.
On passe au verger de plein vent, c’est-à-dire un tronc greffé de variétés qui poussent avec des branches en forme de fleur, ouvertes.
Les variétés cultivées sont anciennes et rustiques (clochards, reine des reinettes…) pour une meilleure résistance aux parasites.
pommiers-de-plein-vent-ronde-des-fruitsPommiers
Le premier parasite des pommiers est le Carpocapse qui s’installe dans le fruit, pour lutter contre lui :
–    Des poules qui mangent au pied des arbres les larves,

poules-pondeuse-ronde-des-fruitsPoules pondeuses
–    Confusion sexuelle avec phéromones sur 3/ à 4 diffuseur par arbre,
–    Diffusion de nématodes à l’automne.
On laisse le lierre sur les troncs car il favorise d’autres espèces et ne nuit pas à l’arbre s’il n’atteint pas les branches.
A l’automne les feuilles sont laissées sur place et intègre vite le sol, il en est de même des pommes pourries de fin de saison. Le compost est le premier nutriment du sol.
Des nichoirs sont aussi installés sur des arbres pour favoriser le nichage des mésanges qui mangent les insectes.
nichoir-ronde-des-fruitsNichoir à Mésanges.
Au sein des cultures fruitières des poteaux sont aussi installés pour aider les buses à se poser et à chasser les petits nuisibles comme les campagnols.
Des ruches sont aussi sur tout le site mais c’est un apiculteur qui profite des terres de la Ronde des fruits.
Le petit groupe fini dans l’atelier de transformation ou les secrets de la confiture de la Ronde des fruits est dévoilé : des fruits et encore des fruits et une moitié de sucre.
degustation-confitures-ronde-des-fruitsUne dégustation est proposée suivi d’une visite à la boutique pour s’offrir quelques douceurs.
L’Amap « les voisins de panier » est aussi présentée comme une des filières pour trouver les produits de la Ronde des fruits, les principes sont expliqués et partagés.
Jean-Luc sait partager ses valeurs et son travail, tout le groupe ressort ravi et instruit. C’est aussi pour l’entreprise un moyen complémentaire de se faire connaitre et de développer sa clientèle angevine sur les marchés et les Bio-coop.
Une belle visite avec un petit coucou de l’âne maison:))

l'ane-ronde-des-fruits

Une réflexion au sujet de « « Made in Angers » à La Ronde des fruits. »

  1. Bonjour, quelques précisions sur la répartition de nos surface :
    2,5 ha de fruits rouges
    1,5 ha de pommiers hautes tiges
    Quelques cerisiers, pruniers, cognassiers…
    8 ha de céréales pour 250 poules pondeuses.
    Merci Agnès d’avoir rédigé cet article
    A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *