Lettre du Grand Jardin de mars 2021

La lettre du Grand Jardin Mars 2021

Aux familles arrivées en 2021 :
Berthelot ; Hélière ; Houdemond


 Des nouvelles du Grand Jardin
:
« Le Grand Chamboulement »
C’est en effet un vrai chamboulement qu’a connu le Grand Jardin en une année :
_ Février 2020 une tempête détruit un tiers des serres tunnel.
_ Mars 2020 le Covid s’invite et bouleverse notre bonne vieille planète.
Cela aurait pu être une « bérézina » comme le dit Nicolas, mais lui et son équipe
transforment ce coup du sort en un formidable challenge : donner une nouvelle vie au Grand.


Jardin car « ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort ». Et un an après tout est reconstruit.
Ce ne fut pas facile, dans un premier temps il a fallu continuer à produire avec moins de
surface de serre et donc moins de récolte de concombres, aubergines, poivrons par
exemple.
Heureusement de bonnes conditions météos avec des pluies bénéfiques en juin et en août
ont permis de maintenir une belle production et d’assurer des paniers bien garnis.
Au Grand Jardin on « se décarcassait » sur plusieurs fronts : continuer l’activité maraîchère,
poursuivre l’aménagement du bâtiment de conservation, agrandir le bassin et lancer le
chantier de la serre multi chapelles.
Le bâtiment de conservation et d’accueil entre dans sa phase terminale, il reste à finir la
partie accueil, la cuisine équipée pour les repas mais aussi pour les préparations comme les
coulis…, également les sanitaires, douches et vestiaires. Un parking, moins de boue… Bref,
l’ensemble du bâtiment offrira de meilleures conditions de conservation et de travail pour
les légumes…mais aussi pour Nicolas et son équipe !
Le bassin désormais agrandi d’un bon tiers va améliorer les possibilités d’arrosage d’autant
qu’un filet anti évaporation va être installé prochainement.

Le grand chantier reste évidemment la serre multi chapelles. Il fallait en effet sortir de cette
spirale des tempêtes à répétition et des conséquences économiques mais aussi humaines de
plus en plus lourdes sur l’avenir du Grand Jardin. Nicolas et Camille ont donc franchi le pas et
opté pour la construction d’une serre multi chapelles. La situation financière était saine, la
banque a suivi et l’élan solidaire d’amapiens et d’ami-es a permis de parachever le projet.
Concrètement ce nouvel outil va accroître la surface de production, les serres passent de
3500 m² à 4600 m² mais aussi d’allonger les rotations nécessaires car en agriculture bio, les
cultures de mêmes espèces ne doivent pas revenir tous les ans au même endroit, les
rotations préservent la qualité du sol et donc des maladies possibles. Cela contribue à
augmenter la production raisonnablement mais aussi le chiffre d’affaires, toujours dans le
même esprit de favoriser le local avec les Amaps, la Ferme Angevine, la Biocoop d’Avrillé,
deux restaurants.
Les conditions de travail s’en trouvent grandement améliorées. Climat et arrosage sont
programmés et automatisés ce qui réduit le travail d’astreinte, avant cette surveillance était
de 7 jour sur 7, elle est pour le coup réduite. De même le travail mécanique et/ou manuel
est aussi facilité par cet espace plus grand, plus besoin, par exemple, de s’accroupir pour
passer sur les côtés, comme sur les serres tunnel, les dos des travailleur-euses
apprécieront !…
Voilà un aperçu du Grand Jardin mais vous pourrez vous rendre compte de tout cela lors de
l’inauguration et de la journée « Portes Ouvertes » le 4 septembre prochain (à confirmer),
les invitations vous seront envoyées mais retenez déjà cette date.
Une petite présentation vidéo, Nicolas a reçu une équipe FR3 Pays de Loire le 2 Mars, cela
donne une illustration de la situation actuelle du Grand Jardin :
https://mobile.france.tv/france-3/pays-de-la-loire/12-13-pays-de-la-loire/2300827-emission-dumardi-2-mars-2021.html
☼☼☼ ☼☼☼ ☼☼☼ ☼☼☼ ☼☼☼ ☼☼☼
La pomme de terre n’a pas toujours la patate !
Les légumes ont eux aussi parfois des problèmes de santé, eux aussi n’échappent pas sinon aux virus
mais aux maladies. Nicolas nous fait part du soin qu’il apporte à ses légumes et notamment la
pomme de terre qui est régulièrement attaquée soit par des champignons comme le mildiou, des
insectes, on connait le doryphore, sans compter les aléas climatiques qui aggravent l’état du jardin, il
évoque aujourd’hui :
Le taupin
Description : petit coléoptère du genre Agriote dont la larve « vers fil de fer » de couleur
jaune s’active sur nos légumes au cours du printemps (mai-juin) et à la fin de l’été (aoûtseptembre).
Symptômes : traces de morsures et galeries creusées dans la chair des tubercules.
A ce jour le problème du taupin était récurrent, même en modifiant la rotation et en essayant de
prévenir la présence de cet insecte. Nicolas collabore avec des collègues et chercheurs dans des
groupes de travail pour trouver la meilleure solution de traitement pour le légume et
l’environnement. Il va utiliser un amendement spécifique à base de tourteau de ricin, riche en
matières organiques notamment en azote c’est également un bon répulsif naturel contre les insectes
et parasites.
L’aspect d’un légume, d’un fruit est encore trop souvent le critère principal retenu par le
consommateur au détriment du goût, de la saveur. C’est regrettable, d’autant que la recherche de
produits « zéro défaut » génère des pertes et 10 à 15% de produits sont jetés dans les fermes qui
commercialisent en circuit long, alors que dans l’agriculture bio et responsable, le consommateur
accepte les défauts extérieurs, sachant qu’au bout du compte il sera gagnant en passant à table.
Plutôt qu’une image trop bien léchée, mettons un visage sur ce qu’on mange, le visage de celles et
ceux qui ont permis de récolter et d’avoir dans nos assiettes les bons produits des amaps.
Rien ou presque n’est jeté au Grand Jardin, si il y a trop Nicolas distribue aux associations les légumes
pour la préparation de soupes, de plats.
Pour Nicolas et son équipe, un seul critère : est-ce que le légume est consommable ?

Photos du Grand Jardin
Aménagement des abords de la serre multi chapelle
Le bassin après agrandissement
L’intérieur de la serre qui attend avec impatience les nouvelles plantations.
l’intérieur du batiment en cours d’aménagement

Le dessin du mois à colorier :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *