Quand la nature est généreuse: contrat légumes de conservation.

Mot pour les « Voisins de panier » de Nicolas Haezebrouck:

Chaque année je mets en culture légèrement plus que les surfaces nécessaires en légumes de conservation. Cela me permet en cas de météo défavorable, de maladie ou tout autre problème technique de parer au manque de production. Cette année, les conditions météo et peut être avec l’expérience, la production de nombreux légumes de conservation est excellente.

Les paniers pourront être bien garnis, comme les autres années. Déjà le prix moyen des paniers en 2017 est de 11,20€ pour les petits paniers, de 16,71€ pour les moyens et de 23,17€ pour les grands paniers.

Je souhaites proposer ces légumes « excédentaires » à tous les amapiens, c’est pourquoi nous faisons ce contrat.

Merci à vous,

Nicolas HAEZEBROUCK Le grand jardin

 

 

 

Pique-nique de l’été 2017

Dimanche 25 juin 2017, plusieurs amapiens se sont retrouvés à côté d’une magnifique mare près de la ferme de Christine et Bernard Gaudin.

P1030016IMG_6679

Quelques tables ont été installées à l’ombre de deux grands marronniers. Chacun a pu apprécié l’apéro puis les délicieux plats partagés.

IMG_6692

IMG_6698

IMG_6700

Nous avons poursuivi les échanges en faisant le tour de la ferme.

P1030017

Les enfants ont commencé une collection avec les magnifiques plumes des volatiles de la ferme.

P1030018Ce rendez-vous convivial sera reproduit l’an prochain pour fêter les 10 ans de l’amap.

Feuilles de chou farcies:)

C’est mon fils Augustin qui m’a motivé pour me lancer dans cette recette. Ce beau chou trônait dans ma cuisine et j’attendais l’inspiration. Alors j’ai tenté le chou farci mais je me suis facilité la vie avec une version simple et rapide à faire.

feuilles-chou-farcies-aufour-au-bouillon-amap49On peut en faire plein de variantes en fonction des viandes, des épices, des légumes que l’on met dans la farce.

Lire la suite

Du champ de Mars au champ de blé Février 2017.

 Voici la Gazette de l’EARL TOUCHET:

En ce début d’année, c’est le temps de la campagne … électorale. Le climat est tendu, l’environnement complexe, le terrain glissant. En agriculture aussi, le climat nous préoccupe, et les normes environnementales, indispensables, se complexifient ! Néanmoins nous ne faisons pas campagne, c’est la campagne qui nous fait.

Vu de loin le terroir est beau, mais actuellement, nous avons plutôt le nez dans la boue. Nous attendons encore les versements de la PAC 2015, les déclarations 2016 n’en finissent pas d’être validées. Les démarches administratives, déclarations, certificats ne cessent de pleuvoir, tous validés, relus par une administration tatillonne aux employés parfois trop zélés. Ils n’y peuvent rien et font leur travail. Mais nous empêchent un peu de faire le nôtre.Parce qu’une vache ne grossit pas en trois clics, qu’un veau ne naît pas sur commande et que nos champs ne seront pas cultivés à coup de mails envoyés. Eh oui, il faut le rappeler. Par exemple, à partir du moment où nous décidons d’engraisser un animal (c’est-à-dire, le nourrir de façon plus riche pour qu’il donne de bons rôtis), il faut au moins 4 mois ! Et nos animaux quittent la ferme 12 jours avant d’arriver chez vous. D’où l’importance de nous communiquer au plus tôt vos commandes ;)

Pour autant notre « maison commune », si polluée soit-elle, reste belle : l’herbe repousse doucement, et les animaux, encore en stabulation retrouveront le chemin des pâtures d’ici quelques semaines. Les bourgeons s’ouvrent, les premières jonquilles fleurissent. Les veaux s’ébattent auprès de leurs mères. Quatre vêlages ont ponctué le début de la semaine. « Que c’est beau, la Vie ».

A l’heure de l’information toute puissante, c’est aux consommateurs de décider de leur alimentation. De ne pas se laisser imposer « le menu » par l’industrie agro-alimentaire. Et si la qualité semble plus chère, elle est surtout plus nourrissante, moins toxique, et meilleure au goût : donc moins de gaspillage, de soucis d’allergie et des quantités plus régulées.

Aux questions « Quelle France voulons-nous ? Quels paysages ? Quelle agriculture ? Quelle autonomie alimentaire ? Quelle reconnaissance des producteurs ? » se profile au moins une réponse : en nous faisant confiance, vous savez que vous mangez Français, bio, de qualité… Vous contribuez ainsi  à l’entretien et à l’embellissement d’une infime partie de notre paysage, de notre environnement ! Vous posez là un acte politique.

Thomas et Hélène Martin
François et Michèle Touchet

IDEES DE RECETTES:


Pot-au-feu : cuisson longue (4 bonnes heures), à bouillir.

Morceaux :  plat de côte, jarret, jumeau

Oignons piqués de 3 clous de girofle
Navet
Carottes
Chou
Poireaux
Pommes de terre

Mettre les morceaux de viande dans un grand faitout, avec les oignons piqués de clous de girofle. Recouvrir largement le tout avec de l’eau, porter à ébullition et retirer l’écume. Maintenir à ébullition. Ajouter au bout de 3 heures les légumes et achever la cuisson. La viande est suffisamment cuite quand les morceaux se défont facilement à la fourchette. Pour faciliter la préparation de ce plat traditionnel, on peut fractionner la cuisson. La viande, très cuite, n’en sera que plus savoureuse.

Servir bien chaud, à accommoder avec du gros sel, de la vinaigrette ou de la moutarde. Le bouillon peut être consommé en soupe avec un peu de vermicelle.

N’hésitez pas à hacher les restes pour un parmentier.

 Sauté  de veau : testé chez un ami, un délice !

Morceaux : escalope de veau
Crème fraiche épaisse
1 bol de farine
Huile d’olive
Vin blanc
Sauge
champignons

Coupez les escalopes en gros dés. Passer chaque morceau dans un peu de farine, puis faire dorer dans un fond d’huile d’olive.

Au bout de quelques minutes de cuisson, arroser de vin blanc, couper le feu et couvrir de crème fraiche épaisse. Saupoudrer de sauge. Laisser tiédir et réserver.

Servir avec du riz et des champignons, poêlés dans le reste de crème.

 Potée au chou

Morceaux : Saucisses

Tranche de poitrine
Jarret

1 chou frisé

Pommes de terre

Carottes

Poireaux

Dans une grande cocotte remplie à demi d’eau, plongez les tranches de poitrine et le jarret. Laissez cuire à petit bouillon environ 30 minutes. Ajouter les légumes. Laissez cuire de nouveau 30 minutes, ajouter les saucisses et finir la cuisson durant un dernière demie-heure.

L’eau doit avoir grandement diminuée en fin de cuisson, et peut éventuellement servir de bouillon avec des vermicelles.

Servir dans un grand plat creux, bien chaud !